LA “CRISE” SELON LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

« Il est appréciable que le peuple ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin. » - Henry FORD

• • • • • • • • • •

Halte à la désinformation en bande organisée !

Rares étant les propriétaires enclins à brader leur patrimoine, il serait plus rationnel de distinguer la dévalorisation ponctuelle affectant certaines bicoques mal situées, en piteux état ou dont la vente revêt un caractère impérieux, de l’ensemble des biens qui ne trouvent pas preneur… faute d’acquéreurs dignes de ce nom (ce qui exclut de facto les inévitables rapiats et affairistes mal intentionnés, à l’affût du moindre fléchissement économique pour surgir des égouts où ils croupissent avec l’objectif avoué de tout accaparer à vil prix).

Suivant d’ailleurs une sinusoïdale propre à tout bien monnayable, l’immobilier présente l'avantage incomparable — à l’inverse des valeurs boursières, virtuelles et volatiles par nature, et qu'il convient d’autant plus de fuir en période de crise — de sécuriser son patrimoine en se prémunissant du racket étatique à la sauce chypriote, mais aussi de pouvoir dégager un revenu locatif confortable en disposant, quoi qu’il advienne, d’un toit au-dessus de sa tête !

Que le marché soit provisoirement figé, certes ! puisque chacun campe sur ses positions. Mais confondre le ralentissement passager du volume des transactions avec l’effondrement fantasmé des prix de l’immobilier trahit soit une “analyse” journalistique(10) bâclée, soit une volonté sournoise de désinformer le public en vue de susciter un mouvement de panique propice à ruiner la Nation.

Ravivant en outre insidieusement la lutte des classes, il est déplorable que ce genre d’article s’acharne à stigmatiser les propriétaires particuliers, dont le seul “tort” tient au fait de s’être lourdement endettés et d’être pris en otage par les effets pervers d’une crise économique factice imputable au Nouvel Ordre Mondial(11)(12)(13)(14) — conjuration esclavagiste à l’origine de tous les maux, dont l’un des objectifs vise précisément à dépouiller puis anéantir la classe moyenne, c.-à-d. le moteur même de notre Société.

Quant aux sempiternels propagateurs de fausses rumeurs, obsédés par un hypothétique “éclatement de la bulle immobilière” comme d’autres par la fin du Monde, songent-ils seulement aux conséquences que leurs discours fielleux et revanchard, faisant systématiquement l’apologie de la spoliation d’autrui, du marchandage sordide et de la plus répugnante mesquinerie, sont susceptibles de provoquer ?

Et quid du jour où ces apprentis détrousseurs seront, à leur tour, confrontés à l'éventualité de sacrifier leur propriété familiale faute d’acquéreur décent ?! — sous réserve, s’entend, que de pareils individus, assistés vocationnels et bobos collectivistes pour la plupart, se donnent jamais les moyens de quitter le caniveau de leurs logements sociaux pour constituer un patrimoine transmissible aux rejetons dépourvus d’éthique et de savoir-vivre qu’ils infligent à la Société.

« L'argent n'a pas de patrie. Les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain. » - Napoléon Ier

• • • • • • • • • •

Parabole satirique inspirée du documentaire “L’Argent Dette”

Comment se peut-il que, près d’un siècle après son élaboration par Charles PONZI, l’escroquerie pyramidale éponyme continue de prospérer ?

Tout simplement parce que les banques et les caisses de retraite fonctionnent selon le même schéma !

De fait, outre l’appât du lucre et la naïveté qui caractérisent toujours les victimes, le piège réside dans sa parfaite similitude avec le système bancaire officiel, qui vampirise impunément nos économies moribondes et dont le fonds de commerce repose sur l’art de jongler avec l’argent des uns pour rembourser (le moins possible) celui des autres.

À cet égard, l’excellent documentaire “L’Argent Dette”, réalisé par Paul GRIGNON, vous procurera l’ineffable satisfaction de percer à jour le jeu retors auquel s’adonnent vos interlocuteurs financiers habituels.

Dès lors, prenant conscience du fait que, sans le secours permanent des multiples crédits à la consommation qu’il vous incite à souscrire, le système bancaire tout entier imploserait, vous cesserez de vous humilier à solliciter le moindre découvert et exigerez plutôt, en votre incontestable qualité de soutien actif d’un système certes immoral mais étonnamment légal, que votre banque finance vos projets les plus dispendieux, voire les plus fantaisistes, sans jamais regimber ni omettre de vous témoigner la gratitude et la considération qui vous reviennent de droit.

Quant au remboursement de votre “dette”, c’est-à-dire l’argent quasi-fictif que cet emprunt aura permis de créer ex nihilo, sachez faire preuve d’inventivité en organisant l’insolvabilité de bon aloi qui vous offrira la jubilation supplémentaire de revendiquer haut et fort votre glorieux statut de « victime irresponsable d’un système pourri » — attitude furieusement tendance, et toujours valorisante pour qui s'en prévaut lors des dîners en ville.

NOTA : CETTE PARABOLE SATIRIQUE NE SAURAIT ÊTRE CONSIDÉRÉE COMME UNE INCITATION À SE SURENDETTER NI TRANSGRESSER LA LOI !

• • • • • • • • • •

« Les caisses sont vides ?! Qu'importe ! Le bon peuple y pourvoira... »

Alors qu'entre 2008 et 2011, les contribuables européens ont déjà consacré plus de 4,5 trillions d’euros (soit un tiers du PIB de l’Union Européenne) au sauvetage des banques, le Boston Consulting Group estime qu’imposer une taxe de 30% sur tous les actifs serait à présent la seule façon de sortir de la crise de l’euro...

Et selon certains économistes, il n’y aurait d’autre solution que de ponctionner l’argent là où il est le plus aisé de se servir : à savoir sur les comptes des épargnants !

Agents immobiliers, Parasites, Menteurs, Voleurs, Escrocs

Lorsqu'il s'agit d'obteniren plein marasme économiquel'annulation d'une dette de TROIS MILLIARDS d'euros d'un simple trait de plume, certains potentats africains s'y entendent mieux que quiconque (largesse ô combien scandaleuse que les contribuables français n'ont pas même eu la vaillance de contester) !

« On pardonne à un enfant d’avoir peur de l'obscurité. La vraie tragédie, c’est lorsqu'un adulte a peur de la lumière. » - Platon

• • • • • • • • • •

“Is fecit, cui prodest”

Voilà qu’après avoir usé des expédients les plus honteux pour fourvoyer et rançonner leur trop naïve clientèle des décennies durant, certains agents immobiliers (sans doute plus éprouvés par leur sale réputation que par la crise économique factice imputable au Nouvel Ordre Mondial) se hasardent aux confins de la schizophrénie(20) dans le vain espoir de se refaire une virginité.

Quelle pitoyable tartufferie !

Agents immobiliers, Parasites, Menteurs, Voleurs, Escrocs

« Certaines personnes tombent un jour ou l'autre sur la vérité ; la plupart d'entre-elles se relèvent et passent leur chemin. » - Winston CHURCHILL

• • • • • • • • • •